• L'actualité confiée aux medias, ne doit pas se déprécier. Dans trop de pays, la censure stérilise l'esprit d'ouverture. Cependant, à l'excès, tout drame et toute catastrophe finissent par se traiter comme un produit de consommation utilisé à l'envi. Une fois le produit consommé, on le jette, et...on l'oublie. En ce qui concerne les Inondations, il serait bon de procéder à une rétrospective pour s'apercevoir qu'elle n'ont cessé de faire des victimes. Et du présentateur de qualifier l'évènement de spectaculaire (dérivé de spectacle, terme inadmissible en la circonstance). Sur mon blog, vous avez déjà vu Toulouse submergé en 1875. En 1910, ce sera Paris et les bords de Seine. Combien d'autres fois l'hexagone a-t-il été soumis à cette épreuve? La France possède une situation géographique envieuse; mais,fleuves, océan, mer- ne laissent aucun espoir pour voir cesser ce fléau. Par contre, on peut limiter les dégâts en respectant scrupuleusement certains critères. On ne construit pas n'importe où.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :