• RCP - Club omnisport (Racing Club Philippevillois)=

    Photobucket(zoomez)

                           BO-MATCHIKA-BO  -MATCHIKA-BO-  MATCHIKA-BO- RA-CING-RAA- RA-CING-RAA (bis et ter à libitum) de quoi enflammer les tribunes.(1)

    debout de g à dr : 1Cholet- 2 Fabri- 3 Fabri 4 Scialo- 5 Bouchouka- 6 Di Napoli - 7 la Présidence revenant au Docteur Comolli (père de Jean-Louis, metteur en scène et co-auteur de l'incomparable Encyclopédie de jazz)

    accroupis : 1 Himburger Bob- 2 Gonzalez (entraîneur)- 3 Segura- 4 Buccafuri (Allez Toto) gendre de Di Costanzo 5 Gianmarchi qui sera sélectionné dans l'équipe de France amateur pour les JO de Rome en 1960.

                                                                  ------------------------------------------------

                             L'"Echo de Philippeville" journal suivi par de nombreux adeptes et son regretté Président  Gori, Stéfanini, et autres joueurs sous la bannière étoilée..L'équivalent de Toto, Mr Barket André, le Docteur Gette, moi-même conditionné par Scrocco Lucien, mon instituteur, tout ce petit monde a fait en sorte de privilégier l'EJP -Etoile Jeunesse Philippeviloise, club dissident et d'occulter le Racing Club Philippevillois créé avant tous les autres clubs.

                         Aspect négatif du sport.- Bien que très attendue, la formule derby- rencontres entre les trois clubs locaux, RCP, EJP et JSMP-  n'a rien arrangé pour éviter un climat d'intolérance. Le cloisonnement était tel que souvent il s'établissait des tensions dans une même famille, dans un même groupe : ce qui va dégénérer en une sorte de discrimination où chacun va vouloir imposer son identité, aggravé lorsque le Club JSMP -Jeunesse Sportive Musulmane Philippevilloise - aujourd'hui JSMK- desservira l'intégration des éthnies. Emulation inévitable dont tireront partie les supporters mais avec quel engouement !

                              Aujourd'hui, gràce à ces documents fournis par Jean-Pierre Di Costanzo qui a vu sa soeur aînée  Sylviane circonvoler avec Toto Buccafuri, je vais modestement m'efforcer de rétablir un certain équilibre en révélant  la notoriété de ce fameux club, je veux citer le RCP (Ne confondez pas avec Paris équipe au même sigle où a excellé R. Marche). Trop d'émotions ont électrisé les tribunes du stade. Ici, nous sommes loin du parterre au gazon méticuleusement entretenu. Souvent truffé de flaques d'eau par forte pluie que le drainage n'arrivait pas à résorber, souvent asséché et dominé par un sol aride, le mérite revenait aux joueurs téméraires. (v. photo ci-dessous)


     

    Photobucket(zoomez)

                           To-to Buc-ca-fu-ri ( hexasyllabe indissociable pour ses fans) tel qu'on l'a connu sur les stades. Alerte, vif, possédant un dribble  redoutable, et très redouté par l'adversaire. La vitesse-cette arme si efficace qui surprend - constituait sa qualité première. J'ai choisi ce document fourni par son beau-frère Jean-Pierre pour vous faire découvrir combien il fallait être courageux pour s'exprimer sur du tout terrain. Bien que la qualité du stade de compétition ait été tout juste meilleure que le sol  pierreux que vous découvrez ici, nous sommes loin du gazon des terrains Français, tapis vert si agréable, si douillet " qu'il vous donne l'envie de...  plonger". Rare était le match sans en sortir avec quelque éraflure, voire une plaie béante.

                            Dès la fin du printemps, on mordait la poussière. Quelles sensations éprouvions-nous lorsque chaleur accablante, tribune chauffée à blanc, cris de supporters en écho dans la cuvette du Saf-Saf, esprits survoltés, ce climat ne pouvait que transcender les vingt-deux acteurs, prêts au débordement, mais bien maîtrisés par l'arbitre, un certain Yacono, qui dans un calme olympien, imperturbable, par sa taille imposante, par ses sobres déplacements, maîtrisant les joueurs survoltés à distance, arrivait  à lui seul à dominer les passions dans cette ambiance parfois hystérique. On comprendra aisément les Romains qui, avides de liesse collective,  "tenaient jusqu'à la fin le stade rempli "

                        


    Photobucket(zoomez)

    Debout de g. à dr : 1- M'Zaouch 2- Hulné 3- Delahaye 4- Medebi Arcouz 5- Segura 6- Venerozo

    Accroupis : 1- Lozat 2- Guillet 3- ??? 4- Prouf (entraîneur) 5- Buccafuri.

                                 Cliché pris derrière les tribunes. Jardin fleuri entretenu par le concierge Azzopardi, tout un programme. Pour ce qui concerne le basket portant le même sigle, reportez-vous aux chapitres insérés sur ce site.

    (1).- Drôle de charabia! Je n'ai jamais saisi la sémantique de ce slogan. A quelle langue appartient-il? Je ne le sais pas. Ce que je retiens, ainsi scandé par des inconditionnels qui s'époumonent sur les gradins, il peut être considéré comme l'ancêtre du RAP, sans  chorégraphiques. En quelque sorte une comptine version seniore. Phrasé bref, mené tambour battant, très rythmé  interprété à l'unisson par un collectif engagé

    Rappel : autres titres à visionner sur ce site :"activités footballistiques philippevilloises", "du foot au basket"...

    Photobucket(zoomez)

    Le même club à des saisons différentes. Ci-dessus,  au premier rang, le seul assis, Mengual. Bien que sa taille laisse planer des doutes sur son efficacité, ce ne sera pas le cas sur le stade. Contre le RCLausanne, il surprendra tout autant que le goal Di Orio. Dans les bois, blessé à la tête, bandé, il se comportera en héros. Il conservera son invicibilité jusqu'aux termes de la partie, faisant l'admiration des Pros Suisses. Quand je vous dis que l'école de football est une école de courage, d'abnégation!!!! Je rappelle que la sélection Philippevilloise s'était inclinée sur le score honorable de 2 buts à 1. La faiblesse des amateurs s'étant révélée en seconde mi-temps. Quel beau souvenir!

    Photobucket(zoomez)

    Peu de ces joueurs ont résisté au temps : il serait bon de faire le tour de l'Hexagone pour compter combien d'entre eux vivent encore, pourtant ! pourtant ! Ils nous ont fait vibrer d'émotions, de passions, de joies, de déceptions, ceci à un haut degré. Serait-il déplacé de leur rendre hommage ici? Pourquoi ne pas comparer une belle  partie de football à une pièce de théâtre avec ses intrigues? L'écrivain a pour mission de ne pas les dévoiler dans la "Scène Exposition", par ailleurs, au coup de sifflet de l'arbitre qui peut connaître l'issue? A vrai dire, les deux formes d'activités se complètent : une pièce tout en distrayant cultive les connaissances, le sport collectif cultive la vie sociale et l'épanouissement du corps. " Corpus e Anima" Indissociables éléments que l'homme porte en lui et qu'il lui faut cultiver.


  • Commentaires

    1
    Patrick
    Dimanche 11 Mai 2014 à 22:30
    bonjour, je suis Patrick Gonzalez, j ai 51 ans, je vis depuis 23 ans a Montréal, au Québec. Canada ! je suis le fils de Pierre Gonzalez, entraineur et joueur au RCP, et aussi entrepreneur Peintre de son etat ! je n ai jamais connu l Philippeville et l algerie, car moi, je suis un patos, je suis né a Marseille en 1962 !!! si vous avez des photos de mon pere a cette epoque, j apprécierais beaucoup les voir !!! j ai moi meme fait du sport de haut niveau (nageurs niveau national au CNM entre 1978-1982) est il vrai qu il a joué une année au FC Sochaux en France après la guerre ?? Amitiés sincères a tous les pieds noirs et anciens amis et connaisance de mon pere,malheureusement décédé en novembre 1999. Patrick Gonzalez (514) 347-6375 (cellulaire) (450) 906-1161 (maison)
    2
    getanzo Profil de getanzo
    Lundi 12 Mai 2014 à 01:50
    Bien que supporter de l'EJP, club en concurrence avec le RCP celui-ci plus ancien par la date de création, il se trouve que j'ai connu votre papa. En effet, il était à la fois peintre et entraîneur. Il avait à charge non seulement les séniors mais aussi les minimes et cadets. Nous avons eu ensemble une discussion sur la méthode adoptée auprès de ces derniers. Son souci premier, m'avouait-il, était de gérer l'agressivité des ados. Comment ai-je pu le connaître? Son magasin ou dépôt se situait rue Antoine Bruno, près du marché de détails. Je venais souvent rendre visite à mes tantes qui habitaient à l'étage supérieur. Portrait physique: visage dominé par des cheveux très bruns, en transition avec sa tenue en blouse "blancheur persil", allure svelte, en apparence smart. Séducteur. Aimable. Très généreux dans nos échanges tandis que je venais à peine de franchir l'âge d'ado. Je vais essayer de trouver au moins un souvenir qui vous plaira. A bientôt. Getanzo
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :